A PROPOS FESTIVAL 2017 PRESSE ET CONTACT ARCHIVES    
 
  Home > Festival 2017 > Invité d’honneur > Fiche Acteur  
 
 
     
  Juliette Binoche

朱丽叶·比诺什

 
     
 

Juliette Binoche figure parmi les actrices les plus internationales du cinéma français. L’ar­tiste se distingue avec son impressionnante et audacieuse filmographie qui lui a valu d’être l’une des actrices au monde les plus récompensée.

 

Elle grandit à Paris, dans une famille d’artistes, son père est metteur en scène et sculpteur, et sa mère comédienne, metteur en scène également. Une carrière prédestinée que très jeune, l’adolescente mène tambour battant, en suivant des cours d’art dramatique au Conservatoire de Paris. Après son baccalauréat, sa fibre artistique la conduit au Conservatoire National supérieur d’art dramatique.

 

Sa carrière théâtrale professionnelle démarre dès 1982 en jouant dans des pièces de Luigi Pirandello, et de Michel Dodane. Elle décroche son premier rôle au cinéma dans Liberty Belle de Pascal Kané (1983).

 

Depuis ses débuts, sa personnalité charismatique intrigue et séduit les grands réalisateurs. Après Fort Bloqué de Pierrick Guinard et Dorothée danseuse de corde de Jacques Fansten pour la télévision, elle tourne avec Jean-Luc Godard dans le film Je vous salue Marie (1985), Annick Lanoë dans Les nanas (1985), Jacques Doillon dans La Vie de Famille (1985), Bob Decout dans Adieu Blaireau. C’est son rôle dans Rendez-vous de André Téchine (1985) qui la révèle (César de la meilleure actrice/Prix Romy Schneider meilleur espoir en 1986).

 

En 1986, elle est dans Mon beau-frère a tué ma sœur de Jacques Rouffio. Alors qu’elle tourne Mauvais Sang de Léos Carax (Nommée aux César meilleure actrice en 1987), elle n’a que 22 ans et déjà une dizaine de films à son actif.

 

C’est son interprétation face à Daniel Day Lewis dans L’insoutenable légèreté de l’être de Philippe Kaufman en 1987 qui la propulse au niveau international.

 

A l’aise à la fois dans le burlesque et dans le drame romantique, elle tourne Un tour de manège de Pierre Pradinas aux côtés de François Cluzet (1989), enchaine Women and Men 2 : In love there are no rules de Mike Figgis (TV), et retrouve Leos Carax pour incarner un personnage intense dans Les Amants du Pont Neuf en 1991 (Nommée aux César meilleure actrice en 1992).

 

On retrouve Juliette dans Les Hauts du Hurlevent de Peter Kosminsky aux côtés de Ralph Fiennes. Juliette sera de nouveau appréciée dans le film de Louis Malle Fatale en 1992, face à Jérémy Irons (Nommée aux César meilleure actrice en 1993).

 

Déjà engagée, elle refuse Jurassic Park de Steven Spielberg et collabore avec Krzystof Kieslowski dans trois couleurs (bleu, blanc, rouge). Immense succès du box-office, c’est pour sa performance dans bleu qu’elle reçoit le César de la meilleure actrice en 1994, la coupe Volpi pour meilleur artiste interprète féminine à la Mostra de Venise en 1993, le prix Pasinetti, une nomination aux SAG Awards et aux Golden Globes dans cette même catégorie.

 

Muse du cinéma, ses films éclectiques et singuliers passionnent le public. Elle joue les héroïnes romantiques dans le film d’époque Le Hussard sur le toit (1995- Nommée au César meilleure actrice 1996) de Jean-Paul Rappeneau, enchaine la comédie Un divan à New York de Chantal Akerman (1996).

 

Menant de front une carrière en France et à l’International, la scène internationale élit Juliette héroïne roman­tique de sa génération lorsqu’elle tourne alors dans Le Patient anglais de Anthony Mighella. (1997). Le film multi récompensé (nommée au Screen Actors Guild Awards /Golden Globes/Chicago Films critics Association/Chlotrudis Awards : meilleure actrice second rôle) permet à Juliette Binoche, 37 ans après Simone Signoret, de remporter l’Oscar Academy Awards de meilleure actrice dans un second rôle, l’Ours d’argent de meilleure artiste interprète féminine à la Berlinale le BAFTA Award et le Prix du Festival du Film de Cabourg toujours dans la même catégorie. Elle est l’unique actrice française à recevoir autant de prix prestigieux dans une même catégorie la même année.

 

Elle retrouve André Téchiné dans un film dramatique Alice et Martin en 1998, puis tourne Les enfants du siècle de Diane Kurys (1999), La veuve de Saint Pierre de Patrice Leconte (2000) qui lui vaudra une nomination aux César en 2001. Toujours au-devant de ses envies, années 2000, elle oriente son art vers la gestua­lité et joue de nouveau au théâtre, à New-York, dans Betrayal d’Harold Pinter.

 

Elle revient ensuite au cinéma dans Code inconnu de Michael Haneke (2000).

 

Pour Chocolat aux côtés de Johnny Depp (2000) comédie romantique de Lasse Hallström, elle sera de nouveau nommée aux Oscars Academy Academy Awards de la meilleure actrice ainsi qu’aux SAG Awards, aux Golden Globes, aux BAFTA et au Prix du cinéma Européen en 2001.

 

Elle prête sa voix aux Eloges de l’Amour de Jean Luc Godard (2001), tourne la comédie Décalage Horaire de Danièle Thompson, aux côtés de Jean Reno (2002- Nomination Césars 2003) et le drame tragique In my Country de John Boorman (2004) avec Samuel Jackson.

 

Femme multiple aux choix exigeants, elle retrouve de nouveau Michael Haneke dans le thriller dramatique Caché (2005) qui reçoit le prix œcuménique et le prix FIPRESCI au Festival de Cannes 2005 (Prix London Film Critics Circle 2006).

 

Cette année-là, elle tourne aussi Les mots retrouvés de Scott McGehee et David Siegel (2005), le drame Mary de Abel Ferrara (2005, participe au film à succès de Nobuhiro Suwa dans Paris je t’aime (2005),

 

Elle enchaine Quelques jours en septembre de Santiago Amigorena (2006) puis, toujours fidèle à ses metteurs en scène, elle retrouve de nouveau Anthony Mighella dans le film Par effraction (2006-Nommée meilleure actrice Festival International du film de Seattle/International Cinephile Society Award et BIFA UK) , tourne Coup de Foudre à Rhode Island  de Peter Hedges (2007), Le voyage du ballon rouge du célèbre réalisateur chinois Hou Hsiao-Hsien (2007- Nommée International Cinephile Society Award ), Paris de Cédric Klapish (2008), Désengagement de Amos Gitaï (2008), L’Heure d’été d’Olivier Assayas (2008).

 

Toujours en 2008, éternelle passion­née de danse elle se lance un nouveau défi : un spec­tacle de danse contemporaine In-I. dansé et créé avec Akram Khan et réalise avec succès une tournée internationale d’un an.

 

Pour autant elle n’aban­donne pas le cinéma et conti­nue à enchaî­ner les films. En 2009, elle raconte Juliette Binoche, dans les yeux de Marion Stalens dans un documentaire.

 

Pour Copie Conforme, d’Abbas Kiarostami (2010), elle est nommée pour le prix de meilleure actrice au Hawai International Film Festival (US) au Festival international du film de Seattle (US), au Prix Lumières (FR), aux Brutus du Cinéma et reçoit le prix d’interprétation féminine lors du 63ème Festival de Cannes.

 

Eclectique, elle tourne ensuite Un flic pour cible de Dito Montiel (2011), et reviens au Théâtre dans Mademoiselle Julie d’August Strindberg (2011) à Paris au Théâtre de l’Odéon, au Luxembourg, et à Londres au Barbican.

 

Elle joue ensuite dans Elles de Malgorzata Szumowska (2012), La vie d’une autre de Sylvie Testud (2012), Cosmopolis de David Cronenberg (2012), A cœur ouvert de Marion Lane (2012), interprète Camille Claudel dans la sublime biotic de la sculptrice réalisé par Bruno Dumont (2013), World and Pictures de Fred Schepisi (2013).

 

Ensuite elle décide de tourner dans L’Epreuve de Erik Poppe (Nomination meilleure actrice prix Lumières 2015 et Festival International de Seattle, nomination meilleure actrice en Norvège),

 

Sils Maria, (2013) pour une seconde collaboration avec Olivier Assayas aux côtés de Kristen Steward (nommée : Prix Lumières meilleure actrice/International Cinephile Society Award–spécial Cannes 2014/ Césars 2015), Godzilla de Gareth Edwards (2014), Personne n’attend la nuit d’Isabel Coixet, film d’ouverture de la Berlinale (2015) où elle sera nommée en Espagne meilleure actrice pour les Goya.

 

Les 33 de Patricia Riggen (2015) pour lequel elle reçoit de la fondation américaine Imagen Foundation Awards le prix de la meilleure actrice.

 

L’attente de Pierre Messina (2015), pour lequel elle est nommée meilleure actrice à l’Académie du cinéma italien David di Donatello, ainsi que meilleure actrice par Les Rubans d’Argent (journalistes italiens).

 

7 letters film dramatique singapourien réalisé par 7 réalisateurs en hommage au 50ème anniversaire de Singapoure (2015).

 

Tout en étant cette année-là, présidente du jury du Festival du Film de Cabourg. Juliette part en tournée théâtrale internationale dans Antigone de Sophocle, mis en scène au Barbican à Londres par Ivo Van Hove et adapté par la célèbre Anne Carson.

 

2016 est marqué par Ma loute de Bruno Dumont, en sélection officielle à Cannes pour la 69ème, Polina, danser sa vie de Angelin Preljocaj et Valérie Müller.

 

L’année 2017 démarre avec son propre rôle dans 10 pour cent, série télévisée comique de Jeanne Herry, un rôle principal à l’affiche dans la comédie Telle mère telle fille de Noémie Saglio, mais aussi aux côtés de Scarlett Johansson dans Ghost in the Shell manga futuriste de Masamune Shirow et réalisé par Ruppert Sanders en sortie simultanée le 29 mars !

 

A l’affiche prochainement : Un grand soleil intérieur de Claire Denis, aux côtés de Gérard Depardieu.

 

Artiste multiple qui alterne passions entre cinéma, théâtre, danse et peinture, elle est aujourd’hui la seule actrice avec Julienne Moore à avoir réussi le grand chelem d’avoir été primée dans les trois plus grands Festivals internationaux (Cannes, Venise, Berlin) et une des quatre artistes à avoir reçu le prix d’interprétation féminine des trois plus grands festivals mondiaux. L’actrice aux 7 prix et 25 nominations n’a pas fini de nous surprendre.

 

Femme engagée, elle promeut la place des femmes dans le monde du cinéma avec la société de production : Wedoittogether (aux côtés de Jessica Chastain, Queen Latifah, entre autres)

 

 

©Brigitte Lacombe

 
     
     
     
 
 
 

 

 Festival du cinéma chinois en France (FCCF)

 
Copyright ©  Festival du cinéma chinois en France (FCCF), Tous Droits Réservés